Rentrée 2020

Alors qu’Agamben dénonce, non sans provocation et au risque de tomber dans le piège d’amalgames pour le moins douteux, toute stratégie de dématérialisation de la rentrée de septembre 2020 (cf. https://www.iisf.it/index.php/attivita/pubblicazioni-e-archivi/diario-della-crisi/giorgio-agamben-requiem-per-gli-studenti.html), la communauté académique internationale réfléchit quant à elle à la planification d’une année universitaire au cours de laquelle il s’agira de veiller à ce que les dispositions prises (notamment en termes d’enseignement à distance) ne soient pas étendues au-delà de la période de crise sanitaire. L’un des défis est non seulement d’assurer à tous les étudiants un accès égalitaire aux formations proposées – et ce indépendamment du fait que les enseignements se tiendront partiellement ou exclusivement en ligne –, mais aussi de saisir l’opportunité offerte par le débat actuel, afin de revendiquer pour n’importe quel établissement d’enseignement, public en particulier, une observance beaucoup plus stricte des lois concernant l’état d’accessibilité et de salubrité des locaux, le but étant de garantir toujours un accueil véritablement démocratique et inclusif — et d’éviter donc que dans des situations comme celle que nous sommes en train de vivre le numérique apparaisse comme un choix par défaut, voire comme une imposition. En effet, comment respecter les mesures de sécurité en vigueur en ce moment dans des locaux qui, même dans des circonstances « normales », risquent parfois de ne pas être à la hauteur de leurs fonctions (salles prévues pour des effectifs systématiquement inférieurs aux effectifs réels; amphithéâtres sans fenêtres et dépourvus de lumière naturelle; espaces communs nettoyés de manière approximative et moins fréquemment que ce qu’ils devraient)? Comment faire en sorte que les porteurs de handicap et les individus potentiellement fragilisés par des pathologies préexistantes se sentent en sécurité dans des locaux qui, même dans des circonstances « normales », attendent, par exemple, un désamiantage depuis plusieurs années déjà? L’heure est propice, semble-t-il, d’une part pour questionner intelligemment et sans trop d’à priori les outils numériques, y compris sur le plan d’une utilisation qui, compte tenu des circonstances, se doit d’être considérée comme exceptionnelle, d’autre part pour arrêter de relativiser toutes sortes de problèmes structurels car c’est en minimisant ce genre de problèmes (et le danger qu’ils représentent) que l’on risque justement de les rendre acceptables. Au sein de leurs institutions respectives, les membres du MHiC-Lab sont en train de faire valoir ces arguments dans les motions adressées ces jours-ci aux instances officielles (dans différents pays européens où, en dépit de spécificités locales, les difficultés sont souvent analogues, malgré tout). Afin d’enrichir les échanges, voici quelques liens vers des initiatives et des témoignages qui, pour les raisons que nous venons d’esquisser, nous semblent pertinents et utiles:

# en France, la question de la salubrité des locaux est particulièrement d’actualité dans le milieu scolaire; cela vaut la peine de suivre les actions de collectifs ou associations tels que “Urgence Amiante Ecole”, actuellement présidée par Cyril Verlingue: https://urgence-amiante-ecoles.fr/

# aux Etats-Unis, cela fait déjà un bon moment que Johanna Hedva aborde dans son travail de recherche et dans ses pratiques artistiques la question de l'(in)accessibilité des locaux scolaires et universitaires aux individus porteurs de handicaps visibles ou invisibles; l’une de ses dernières interventions (“A Decade of Sleeping”) est consultable depuis le site du workshop “Healing/Arts — Health Activism, Creative Practice, & the Medical Humanities” qui a eu lieu le 14 mai dernier, sous la direction de Jesse Miller (University of California, Santa Barbara): https://healingartssymposium.wordpress.com/schedule-2/

# des organismes s’efforcent depuis longtemps de rendre les environnements numériques complémentaires plus qu’alternatifs aux cadres d’apprentissage traditionnels: c’est le cas de l’ “école branchée”, un projet québécois susceptible de fournir des pistes intéressantes à celles et ceux qui, en ce moment, travaillent dans l’urgence: https://ecolebranchee.com/a-propos/

# le Centre de pédagogie universitaire de l’Université de Montréal offre lui aussi des ressources utiles en ce qui concerne le soutien scolaire et académique, entre autres au moyen d’outils numériques: https://cpu.umontreal.ca/accueil/

# cet échange est né d’une proposition faite à François Cornilliat, professeur à Rutgers University, par l’ “équipe site” du mouvement Transitions; répondant généreusement à l’invitation, François Cornilliat a fait don d’un texte dense, fort et beau qui parvient à dialoguer aussi bien avec Montaigne et Lucrèce qu’avec notre présent, et dans lequel s’entremêlent efficacement les réflexions sur la transmission d’un virus, de l’expérience et des expériences individuelles: http://mouvement-transitions.fr/index.php/exergues/dialogues/dialogue-n-2-f-cornillat-jours-inhabituels

# sur les modalités par lesquelles une situation de crise peut rendre tangible ce qui ne l’est pas forcément d’habitude, nous renvoyons enfin à une très belle contribution de Jane Macnaughton (Institute for Medical Humanities, Durham University), “Making Breath Visible: Reflections on Relations between Bodies, Breath and World in the Critical Medical Humanities”: https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1357034X20902526

[Cette intervention revient sur plusieurs aspects abordés dans le cadre du projet “Life of Breath”, dont l’une des présentations disponibles en ligne figure désormais dans ce podcast: https://soundcloud.com/possiblepodcast/possible-podcast-s1-e4-life-of]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search