Medical Humanities in Teaching

There is a wealth of different ways of putting Medical Humanities into teaching. This diversity shows the fecundity and cross-fertilization of Medical Humanities as an inter-disciplinary and critical academic field reflecting the widely varied Medical Humanities research finding its way into the classroom.

In today’s workshop organized by Pascal Nicklas (Mainz / Institute for Medical Humanities, Durham University) the idea is to bring together international and British colleagues to exchange experiences and ideas : https://www.dur.ac.uk/imh/events/?eventno=48465

The original project of teaching humanities to medical students in order to change their outlook on the relationship between medical practitioner and patient, make them more aware and broaden their outlook on the human seems in some places to have been marginalized. Whilst in some national curricula ethics is still a key element of medical education, there are a great number of innovative approaches in other academic disciplines such as history, anthropology or literary studies.

Qu’en est-il de la situation dans le monde académique francophone, et français en particulier ? Nous aborderons cette question lors d’une table ronde qui se tiendra au mois d’avril 2021, en utilisant comme point de départ pour les échanges à venir L’engagement des sciences humaines et sociales en médecine, un ouvrage important, réalisé sous la direction de Céline Lefève, François Thoreau et Alexis Zimmer et paru chez DOIN il y a quelques mois.

… More soon !

DDM Workshop

Les vidéos du workshop « Disrupting Digital Monolingualism » sont désormais en ligne..!  https://languageacts.org/digital-mediations/event/disrupting-digital-monolingualism/ddm-workshop-videos/

Animé par Paul Spence et Renata Brandao (King’s College London), en collaboration avec Naomi Wells (School of Advanced Study, University of London), cette initiative nous a permis de réfléchir aux possibilités dont on dispose pour rendre plus accueillants, intuitifs et ouverts les environnements digitaux auxquels nous sommes obligés de faire recours de manière insistante (particulièrement en ce moment), et dont la langue et les codes dominants risquent très souvent de limiter la nature des échanges qu’ils sont censés faciliter. Les discussions auxquelles nous avons assisté ont abordé de façon récurrente une question à laquelle nous sommes très sensibles: celle de l’écart intergénérationnel produit par la dématérialisation massive, trop fréquemment à l’origine de marginalisations d’ordres différents, y compris dans un cadre institutionnel et, aussi paradoxal que cela puisse paraître, dans les services publics.

Up-close analysis

Deux membres de notre collectif ont eu la chance de pouvoir aider dans le processus de collecte de données mis en place par l’ “Etude ECHO: Perceptions, connaissances et pratiques liées à l’épidémie de COVID-19 et impact de l’épidémie et du confinement chez les populations précaires en centre d’hébergement”. Au-delà de ce que cette expérience a pu représenter sur le plan personnel, cette première prise de contact avec des chercheurs de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) s’est avérée pour nous tous une occasion précieuse pour prendre davantage connaissance des projets pilotés par l’ERES (Equipe de Recherche en Epidémiologie Sociale). Créée en 2014 suite à la fusion de deux équipes Inserm préexistantes, l’ERES représente aujourd’hui l’un des pôles de recherche spécialisés en épidémiologie sociale les plus importants en France. Pour en savoir plus sur ses activités en cours et à venir : http://www.iplesp.upmc.fr/eres/index.php/les-projets-de-recherche

© Guido Furci — en route vers  le Centre d’Accueil et d’Insertion des Réfugiés (CAIR) Poniatowski (juin 2020)

Penser/Panser le monde

Dans la continuité des réflexions entamées il y a quelques mois grâce au workshop organisé par Jesse Miller (University of California, Santa Barbara) au sein du projet “Healing/Arts — Health Activism, Creative Practice, & the Medical Humanities” (l’enregistrement de cet évènement est entièrement disponible en ligne: https://healingartssymposium.wordpress.com/schedule-2/), et en attendant le début de notre nouveau séminaire de recherche (dont le programme sera annoncé ces prochains jours), certains d’entre nous ont assisté aujourd’hui aux ateliers virtuels animés par Rosa Menkman et Btihaj Ajana (https://indeterminacy.ac.uk/virtual-workshops-with-rosa-menkman-and-btihaj-ajana/), afin de creuser davantage les notions d’image impossible, de “cri des données” et d’indétermination. La notion d’indetermination fait d’ailleurs l’objet d’un programme d’activités ambitieux, qui mérite d’être signalé: “The Future of Indeterminacy: Datification, Memory, Bio-Politics” (https://indeterminacy.ac.uk/)

Image
© Guido Furci — image réalisée lors de la séance du workshop Healing/Arts animée par Kelly Gluckman et intitulée “Self-Reflection and the Art of Capturing the Moment in Our Time of COVID-19 Quarantine”

One More Thing

Peut-on penser les corps indépendamment du corps social ? Peut-on interroger l’identité, le conditionnement culturel et l’affirmation de soi sans tenir compte du fait que ce que ces notions signifient dépend aussi de la place que l’on décide de leur accorder dans nos vies respectives ? Y a-t-il un rapport de complémentarité entre “dissociation” et “répétition” ? Autrement dit, y a-t-il moyen de conceptualiser la différence sans tomber dans le piège d’une recodification, éventuellement calquée sur le modèle (langagier) dont on cherche à s’éloigner ou, tout simplement, que l’on essaie de remettre en cause ? Autant de questions que la dernière performance d’Adi Boutrous – sans aucun doute l’un des chorégraphes les plus incisifs et courageux de sa génération – adresse, de manière plus ou moins volontaire selon les cas, non seulement au spectateur, mais aussi au dispositif théâtral par lequel la communication est censée s’établir et se greffer sur le réel.

Quatre danseurs courent, se cherchent, défient la gravité, jouent, participent à ce qui ressemble à un “rituel de passage” , prennent soin les uns des autres, évoluent dans un espace périmétré, et pourtant dépourvu de barrières visibles. Le public les observe – en l’occurrence masqué, ce qui rend l’expérience encore plus intense, dans la mesure où, sur scène, ce sont justement les masques qui tombent les premiers. 

L’équilibre de chacun dépend – du moins par moments – de celui du groupe. Il en va de même pour la dynamique des chutes, les changements de trajectoire ou les modalités des affrontements. Qu’ils soient voulus, évités de justesse, désirés avec acharnement, ceux-ci scandent la narration – une narration sans histoire, mais remplie des ébauches d’un éventail d’histoires possibles – et, ce faisant, entraînent sans cesse des modifications de rythme et de registre. […]

Sur Adi Boutrous, ou “la danse à l’épreuve du monde” –> https://www.lintermede.com/danse-one-more-thing-adi-boutrous.php

danse, adi boutrous, theatre de la ville, identite, israel, Ariel Gelbart, Jeremy Alberge, Uri Dricker, chorégraphie, corps social, maculinité, alterite, rencontre

© Ariel Tagar

Projet Antigone

Comment faire face aux problèmes posés par la dématérialisation des espaces et des interactions entre les gens, tout en s’efforçant d’exploiter avec intelligence le potentiel des technologies de communication et de condivision les plus récentes? Par quels moyens réfléchir à des stratégies d’action dans une perspective tout aussi locale que transnationale? Qu’en est-il du théâtre en tant qu’expérience, lieu physique de partage et occasion de rencontre en cette période de “distanciation sociale” et de déconfinement, malgré tout, très peu “définitif”?

Voici quelques unes des questions posées par le Collettivo Occasionale Promiscuo, dont nous avons eu la chance de découvrir depuis peu le “projet Antigone”.

Clairement, au-delà des démarches dont il s’agit de pondérer les effets sur le moyen terme – y compris sur le plan psychologique d’ailleurs -, le “projet Antigone” nous parle dans la mesure où, tout en revisitant une histoire bien connue à la lumière des évènements les plus récents, il vise à questionner la désobéissance en tant que dispositif, afin de ne pas s’y référer comme à un manifeste ou, pire, d’en faire une posture.

Pour défendre les initiatives du Collettivo Occasionale Promiscuo, comme nous avons décidé de le faire, il suffit de consulter régulièrement cette page: https://www.facebook.com/collettivoccasionalepromiscuo/

© Valentina Padovan

 

Creativity and Wellbeing

La journée d’ouverture de la “Creativity and Wellbeing Week 2020” — intitulée “Positive Futures” et organisée par la “Culture, Health and Wellbeing Alliance” en partenariat avec “London Arts in Health” — a eu lieu hier. Nous soutenons activement certaines des initiatives au programme (à titre personnel, en famille ou en collaboration avec les étudiants d’ETISSON — http://www.univ-paris3.fr/etudiants-refugies-ou-demandeurs-d-asile-509459.kjsp?RH=1224592825272).

Pour en savoir plus sur les activités de la semaine et participer aux échanges en cours et à venir: http://creativityandwellbeing.org.uk/

Un historique du festival et de ses acteurs les plus importants est accessible ici: http://creativityandwellbeing.org.uk/about/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search