Corona: Krise oder Wende?

Marina Ortrud M. Hertrampf a récemment réuni dans un numéro thématique de la revue “PhiN – Philologie im Netz” un nombre significatif de contributions visant à analyser la situation sanitaire contemporaine dans sa double acception de “crise” et de “tournant” (http://web.fu-berlin.de/phin/beiheft24/b24i.htm). Cela a été l’occasion pour le Pandemic Fictions Research Group de la Karl-Franzens-Universität (Graz, Autriche) de partager une réflexion intéressante sur les “narrations en temps de crise”. En attendant de pouvoir inviter Yvonne Völkl, Albert Göschl, Elisabeth Hobisch et Julia Obermayr à débattre avec nous de leurs projets en cours et à venir (à l’occasion d’une table ronde virtuelle en février 2021 ?), voici le lien vers leur article : http://web.fu-berlin.de/phin/beiheft24/b24t21.pdf

Medical Humanities in Teaching

There is a wealth of different ways of putting Medical Humanities into teaching. This diversity shows the fecundity and cross-fertilization of Medical Humanities as an inter-disciplinary and critical academic field reflecting the widely varied Medical Humanities research finding its way into the classroom.

In today’s workshop organized by Pascal Nicklas (Mainz / Institute for Medical Humanities, Durham University) the idea is to bring together international and British colleagues to exchange experiences and ideas : https://www.dur.ac.uk/imh/events/?eventno=48465

The original project of teaching humanities to medical students in order to change their outlook on the relationship between medical practitioner and patient, make them more aware and broaden their outlook on the human seems in some places to have been marginalized. Whilst in some national curricula ethics is still a key element of medical education, there are a great number of innovative approaches in other academic disciplines such as history, anthropology or literary studies.

Qu’en est-il de la situation dans le monde académique francophone, et français en particulier ? Nous aborderons cette question lors d’une table ronde qui se tiendra au mois d’avril 2021, en utilisant comme point de départ pour les échanges à venir L’engagement des sciences humaines et sociales en médecine, un ouvrage important, réalisé sous la direction de Céline Lefève, François Thoreau et Alexis Zimmer et paru chez DOIN il y a quelques mois.

… More soon !

The 1000 faces of hikikomori

En novembre 2019, Filippo Cervelli (SOAS University of London — https://www.soas.ac.uk/staff/staff143597.php) avait ouvert le deuxième de nos séminaires de recherche avec une conférence intitulée Stories of a Troubled Youth: Dissecting Social Malaise in the Literature of Kazushige Abe. Complément et prolongement de la définition qu’il avait proposée des hikikomori à cette occasion, voici un post où il revient sur un concept qu’il questionne dans plusieurs de ses autres chantiers de recherche, et notamment dans ceux où il s’agit d’enquêter les notions d’isolement radical, de désobéissance civile et d’inadaptation à la vie sociale habituelle. Cela vaut la peine de rappeler au moins l’un de ces projets en cours : la codirection d’un numéro thématique de la revue « Exchanges » (https://exchanges.warwick.ac.uk/index.php/exchanges/) consacré aux lonely nerds – dont l’appel à contribution avait été diffusé, entre autres sur fabula.org, en avril dernier (https://www.fabula.org/actualites/lonely-nerds_95748.php).

In the second episode of season three of the Italian TV show Baby, inspired by the 2014 scandal of underage prostitution in Rome, the young Fabio sees his friend/love interest Brando showing up at a party after weeks of reclusion at home. His surprised reaction is ‘Did you become a hikikomori?’ The fact that the term has entered a foreign product so seamlessly is striking particularly for two reasons: first, a Japanese expression has become internationally recognized as describing a particular phenomenon; second, it shed light into the associations this word has for narratives. Both aspects are important to understand the ramifications this issue has for medical humanities in terms of mental health and its representations.

Hikikomori, the nominalization of the verb hikikomoru (‘shut in’, ‘to seclude oneself’), indicates a multi-layered sociological and psychological phenomenon of reclusion (usually in one’s own home), and of suspension of social activities. The expression came to prominence in the late 1990s with the work of psychiatrist Tamaki Saitō, who defines it as the ‘act of retreating from society and avoiding contact with all people other than one’s own family’ [cf. Saitō, Tamaki. 2013. Hikikomori: Adolescence without End. Trans. Jeffrey Angles. Minneapolis: University of Minnesota Press, p. 18]. It is important to bear in mind though that hikikomori does not necessarily mean never leaving the house; some hikikomori interact with the external world, and may even take part in small jobs, but usually they withdraw from profound engagement with the outside world and with intimate human relationships. While it is not easy to calculate the exact numbers, because the very nature of social withdrawal prevents recluses to seek assistance, the fact that Saitō in the late 90s estimated that there were at least one million in Japan, and that recent Cabinet surveys have detected more than half a million hikikomori in both 15-39 and 40-64 age ranges, attests to the diffusion and potential cultural repercussions of the phenomenon [cf. Saitō, Tamaki. 2001. ‘Hikikomori’ kyūshutsu manyaru (Rescue Manual for hikikomori). Tokyo: PHP kenkyūjo; Kyodo. 2019. ‘613,000 in Japan Aged 40 to 64 are Recluses, Says First Government Survey of Hikikomori’. In: The Japan Times: https://www.japantimes.co.jp/news/2019/03/29/national/613000-japan-aged-40-64-recluses-says-first-government-survey-hikikomori/ (accessed 2 October 2020)].

Despite actual figures, the issue has been traditionally associated with Japanese youth, from teenagers onwards, also due to associations with the economic bubble burst after the collapse of land asset prices in the early 1990s. In what has become known as the ‘ice age of employment’ (shūshoku hyōgaki), caused by progressive casualization of work and rising unemployment, many a youth entering the job market felt that they could not thrive, and lost hope in having any kind of success according to societal standards. Instances of individuals not engaging with school, work or social life in general, are now in turn part of the debates on post-bubble Japanese society, where increasing professional precarity has been concomitant with perceptions of instability in all levels of life, especially in terms of building human relationships. In this respect, cultural anthropologist Anne Allison has notably remarked that ‘being alone–literally, psychically, socially’ is the ‘new human condition for Japan/ese in the 21st century’ [Allison, Anne. 2012. ‘Ordinary Refugees: Social Precarity and Soul in 21st Century Japan’. In: Anthropological Quarterly 85, no. 2 (Spring 2012). p. 349].

Therefore, hikikomori are a manifestation of a wider social predicament; currently, it is viewed as a sociocultural mental health phenomenon, rather than a distinct illness, and cases falling under this category are being identified outside of Japan too [Rooksby, Mary, Hamish J. McLeod, et al. 2020. ‘Hikikomori: Understanding the People who Choose to Live in Extreme Isolation’. In:Medical Press. https://medicalxpress.com/news/2020-10-hikikomori-people-extreme-isolation.html (accessed 22 November 2020)]. Also, due to its sociocultural location, hikikomori are intertwined with a plethora of debates on (youth) social malaise, including issues of precarity, the plight of the working poor, NEETs (Not in Education, Employment of Training), and the like. Moreover, hikikomori often consume large quantities of popular culture products, such as manga, animation and videogames, which connects them with discourses on obsessive consumption, fan cultures (e.g.otaku) and the consequent stigmas of asociality, or even socially pathological behaviors. While it is crucial to study these associations carefully in their own right, still it is evident how the study of hikikomori leads to explore a series of ramifications into wider issues of mental health, social malaise, specific sociocultural milieux, popular culture and consumer attitudes (among others).

From a medical humanities point of view, the study of narrative representations of hikikomori can prove particularly useful to shed light on the different complications of this phenomenon, what different aspects may have generated this behavior, the diverse nature of its expressions, or even the ways in which it may coexist with society. Contemporary Japanese culture offers multifarious portrayals of hikikomori: for example, Kazushige Abe’s novel Nipponia Nippon (2001) gives an often playful articulation of the issue, constructing a delicate psyche in a youth that oscillates between reclusion, compulsive use of technology, and a grandiose act of anti-government violence. Tatsuhiko Takimoto’s novella Welcome to the NHK (2002), then adapted into a successful manga and animated series, presents hikikomori as one aspect of a wider social malaise, entailing related issues of internet suicide and drug use. Furthermore, fictional representations can also debunk assumptions on how hikikomori should be led back into society. For instance, with the story of a recluse/otaku girl who has great pictorial talent, the 2017 film Her Sketchbook (Sekai wa kyō kara kimi no mono; dir. Masaya Ozaki), poses insightful questions as to what happiness and satisfactory social relations may mean for hikikomori, giving alternatives to widespread societal ideals of community and professional achievement as a sign of prosperity.

This are but a few examples of the richness of fictional representations and negotiations of hikikomori identities, whose study from a humanistic perspective can further the understanding of a complex issue of social and mental malaise which cannot be extricated from its contemporary sociocultural background, originally in Japan, but with multiple bridges in the rest of the world.

DDM Workshop

Les vidéos du workshop « Disrupting Digital Monolingualism » sont désormais en ligne..!  https://languageacts.org/digital-mediations/event/disrupting-digital-monolingualism/ddm-workshop-videos/

Animé par Paul Spence et Renata Brandao (King’s College London), en collaboration avec Naomi Wells (School of Advanced Study, University of London), cette initiative nous a permis de réfléchir aux possibilités dont on dispose pour rendre plus accueillants, intuitifs et ouverts les environnements digitaux auxquels nous sommes obligés de faire recours de manière insistante (particulièrement en ce moment), et dont la langue et les codes dominants risquent très souvent de limiter la nature des échanges qu’ils sont censés faciliter. Les discussions auxquelles nous avons assisté ont abordé de façon récurrente une question à laquelle nous sommes très sensibles: celle de l’écart intergénérationnel produit par la dématérialisation massive, trop fréquemment à l’origine de marginalisations d’ordres différents, y compris dans un cadre institutionnel et, aussi paradoxal que cela puisse paraître, dans les services publics.

Paris (2019-2020)

En partant du présupposé que transmettre revient toujours à pondérer la distance qui sépare l’être comme, l’être avec et l’être à la place de, cette deuxième série de rencontres a fourni l’occasion pour réfléchir aux modalités par lesquelles un tel constat peut être débattu, lorsqu’il s’agit de partager une expérience bouleversante, voire une forme d’altérité potentiellement perçue comme “radicale”. Une fois de plus, la littérature et le cinéma ont été nos terrains d’enquête privilégiés, et les allers-retours entre passé et présent une constante des approches, à la fois diachroniques et transnationales, des intervenants.

Durham, UK (2018-2019)

Organisé avec le soutien de l’Institute for Medical Humanities et de la School for Modern Languages and Cultures de l’Université de Durham, ainsi que du CERC (Centre d’Etudes et de Recherches Comparatistes de l’Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle), le cycle “Behind the texts”, qui cherche à problématiser la notion d’intertextualité en lettres et sciences sociales, a fourni un cadre idéal pour creuser collectivement les notions de “voix divisée”, “proto-langue”, “langue maternelle”, “dissonance cognitive” et “schize du sujet”. Ces concepts ont été abordés à partir d’une analyse détaillée de textes littéraires et, dans quelques cas, de documents audiovisuels. Nous reportons ci-dessous les résumés des quatres conférences présentées lors de la première série de rencontres.

Up-close analysis

Deux membres de notre collectif ont eu la chance de pouvoir aider dans le processus de collecte de données mis en place par l’ “Etude ECHO: Perceptions, connaissances et pratiques liées à l’épidémie de COVID-19 et impact de l’épidémie et du confinement chez les populations précaires en centre d’hébergement”. Au-delà de ce que cette expérience a pu représenter sur le plan personnel, cette première prise de contact avec des chercheurs de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) s’est avérée pour nous tous une occasion précieuse pour prendre davantage connaissance des projets pilotés par l’ERES (Equipe de Recherche en Epidémiologie Sociale). Créée en 2014 suite à la fusion de deux équipes Inserm préexistantes, l’ERES représente aujourd’hui l’un des pôles de recherche spécialisés en épidémiologie sociale les plus importants en France. Pour en savoir plus sur ses activités en cours et à venir : http://www.iplesp.upmc.fr/eres/index.php/les-projets-de-recherche

© Guido Furci — en route vers  le Centre d’Accueil et d’Insertion des Réfugiés (CAIR) Poniatowski (juin 2020)

Penser/Panser le monde

Dans la continuité des réflexions entamées il y a quelques mois grâce au workshop organisé par Jesse Miller (University of California, Santa Barbara) au sein du projet “Healing/Arts — Health Activism, Creative Practice, & the Medical Humanities” (l’enregistrement de cet évènement est entièrement disponible en ligne: https://healingartssymposium.wordpress.com/schedule-2/), et en attendant le début de notre nouveau séminaire de recherche (dont le programme sera annoncé ces prochains jours), certains d’entre nous ont assisté aujourd’hui aux ateliers virtuels animés par Rosa Menkman et Btihaj Ajana (https://indeterminacy.ac.uk/virtual-workshops-with-rosa-menkman-and-btihaj-ajana/), afin de creuser davantage les notions d’image impossible, de “cri des données” et d’indétermination. La notion d’indetermination fait d’ailleurs l’objet d’un programme d’activités ambitieux, qui mérite d’être signalé: “The Future of Indeterminacy: Datification, Memory, Bio-Politics” (https://indeterminacy.ac.uk/)

Image
© Guido Furci — image réalisée lors de la séance du workshop Healing/Arts animée par Kelly Gluckman et intitulée “Self-Reflection and the Art of Capturing the Moment in Our Time of COVID-19 Quarantine”

One More Thing

Peut-on penser les corps indépendamment du corps social ? Peut-on interroger l’identité, le conditionnement culturel et l’affirmation de soi sans tenir compte du fait que ce que ces notions signifient dépend aussi de la place que l’on décide de leur accorder dans nos vies respectives ? Y a-t-il un rapport de complémentarité entre “dissociation” et “répétition” ? Autrement dit, y a-t-il moyen de conceptualiser la différence sans tomber dans le piège d’une recodification, éventuellement calquée sur le modèle (langagier) dont on cherche à s’éloigner ou, tout simplement, que l’on essaie de remettre en cause ? Autant de questions que la dernière performance d’Adi Boutrous – sans aucun doute l’un des chorégraphes les plus incisifs et courageux de sa génération – adresse, de manière plus ou moins volontaire selon les cas, non seulement au spectateur, mais aussi au dispositif théâtral par lequel la communication est censée s’établir et se greffer sur le réel.

Quatre danseurs courent, se cherchent, défient la gravité, jouent, participent à ce qui ressemble à un “rituel de passage” , prennent soin les uns des autres, évoluent dans un espace périmétré, et pourtant dépourvu de barrières visibles. Le public les observe – en l’occurrence masqué, ce qui rend l’expérience encore plus intense, dans la mesure où, sur scène, ce sont justement les masques qui tombent les premiers. 

L’équilibre de chacun dépend – du moins par moments – de celui du groupe. Il en va de même pour la dynamique des chutes, les changements de trajectoire ou les modalités des affrontements. Qu’ils soient voulus, évités de justesse, désirés avec acharnement, ceux-ci scandent la narration – une narration sans histoire, mais remplie des ébauches d’un éventail d’histoires possibles – et, ce faisant, entraînent sans cesse des modifications de rythme et de registre. […]

Sur Adi Boutrous, ou “la danse à l’épreuve du monde” –> https://www.lintermede.com/danse-one-more-thing-adi-boutrous.php

danse, adi boutrous, theatre de la ville, identite, israel, Ariel Gelbart, Jeremy Alberge, Uri Dricker, chorégraphie, corps social, maculinité, alterite, rencontre

© Ariel Tagar

Rentrée 2020

Alors qu’Agamben dénonce, non sans provocation et au risque de tomber dans le piège d’amalgames pour le moins douteux, toute stratégie de dématérialisation de la rentrée de septembre 2020 (cf. https://www.iisf.it/index.php/attivita/pubblicazioni-e-archivi/diario-della-crisi/giorgio-agamben-requiem-per-gli-studenti.html), la communauté académique internationale réfléchit quant à elle à la planification d’une année universitaire au cours de laquelle il s’agira de veiller à ce que les dispositions prises (notamment en termes d’enseignement à distance) ne soient pas étendues au-delà de la période de crise sanitaire. L’un des défis est non seulement d’assurer à tous les étudiants un accès égalitaire aux formations proposées – et ce indépendamment du fait que les enseignements se tiendront partiellement ou exclusivement en ligne –, mais aussi de saisir l’opportunité offerte par le débat actuel, afin de revendiquer pour n’importe quel établissement d’enseignement, public en particulier, une observance beaucoup plus stricte des lois concernant l’état d’accessibilité et de salubrité des locaux, le but étant de garantir toujours un accueil véritablement démocratique et inclusif — et d’éviter donc que dans des situations comme celle que nous sommes en train de vivre le numérique apparaisse comme un choix par défaut, voire comme une imposition. En effet, comment respecter les mesures de sécurité en vigueur en ce moment dans des locaux qui, même dans des circonstances « normales », risquent parfois de ne pas être à la hauteur de leurs fonctions (salles prévues pour des effectifs systématiquement inférieurs aux effectifs réels; amphithéâtres sans fenêtres et dépourvus de lumière naturelle; espaces communs nettoyés de manière approximative et moins fréquemment que ce qu’ils devraient)? Comment faire en sorte que les porteurs de handicap et les individus potentiellement fragilisés par des pathologies préexistantes se sentent en sécurité dans des locaux qui, même dans des circonstances « normales », attendent, par exemple, un désamiantage depuis plusieurs années déjà? L’heure est propice, semble-t-il, d’une part pour questionner intelligemment et sans trop d’à priori les outils numériques, y compris sur le plan d’une utilisation qui, compte tenu des circonstances, se doit d’être considérée comme exceptionnelle, d’autre part pour arrêter de relativiser toutes sortes de problèmes structurels car c’est en minimisant ce genre de problèmes (et le danger qu’ils représentent) que l’on risque justement de les rendre acceptables. Au sein de leurs institutions respectives, les membres du MHiC-Lab sont en train de faire valoir ces arguments dans les motions adressées ces jours-ci aux instances officielles (dans différents pays européens où, en dépit de spécificités locales, les difficultés sont souvent analogues, malgré tout). Afin d’enrichir les échanges, voici quelques liens vers des initiatives et des témoignages qui, pour les raisons que nous venons d’esquisser, nous semblent pertinents et utiles:

# en France, la question de la salubrité des locaux est particulièrement d’actualité dans le milieu scolaire; cela vaut la peine de suivre les actions de collectifs ou associations tels que “Urgence Amiante Ecole”, actuellement présidée par Cyril Verlingue: https://urgence-amiante-ecoles.fr/

# aux Etats-Unis, cela fait déjà un bon moment que Johanna Hedva aborde dans son travail de recherche et dans ses pratiques artistiques la question de l'(in)accessibilité des locaux scolaires et universitaires aux individus porteurs de handicaps visibles ou invisibles; l’une de ses dernières interventions (“A Decade of Sleeping”) est consultable depuis le site du workshop “Healing/Arts — Health Activism, Creative Practice, & the Medical Humanities” qui a eu lieu le 14 mai dernier, sous la direction de Jesse Miller (University of California, Santa Barbara): https://healingartssymposium.wordpress.com/schedule-2/

# des organismes s’efforcent depuis longtemps de rendre les environnements numériques complémentaires plus qu’alternatifs aux cadres d’apprentissage traditionnels: c’est le cas de l’ “école branchée”, un projet québécois susceptible de fournir des pistes intéressantes à celles et ceux qui, en ce moment, travaillent dans l’urgence: https://ecolebranchee.com/a-propos/

# le Centre de pédagogie universitaire de l’Université de Montréal offre lui aussi des ressources utiles en ce qui concerne le soutien scolaire et académique, entre autres au moyen d’outils numériques: https://cpu.umontreal.ca/accueil/

# cet échange est né d’une proposition faite à François Cornilliat, professeur à Rutgers University, par l’ “équipe site” du mouvement Transitions; répondant généreusement à l’invitation, François Cornilliat a fait don d’un texte dense, fort et beau qui parvient à dialoguer aussi bien avec Montaigne et Lucrèce qu’avec notre présent, et dans lequel s’entremêlent efficacement les réflexions sur la transmission d’un virus, de l’expérience et des expériences individuelles: http://mouvement-transitions.fr/index.php/exergues/dialogues/dialogue-n-2-f-cornillat-jours-inhabituels

# sur les modalités par lesquelles une situation de crise peut rendre tangible ce qui ne l’est pas forcément d’habitude, nous renvoyons enfin à une très belle contribution de Jane Macnaughton (Institute for Medical Humanities, Durham University), “Making Breath Visible: Reflections on Relations between Bodies, Breath and World in the Critical Medical Humanities”: https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1357034X20902526

[Cette intervention revient sur plusieurs aspects abordés dans le cadre du projet “Life of Breath”, dont l’une des présentations disponibles en ligne figure désormais dans ce podcast: https://soundcloud.com/possiblepodcast/possible-podcast-s1-e4-life-of]

Sur la recherche participative

En septembre 2018, le Réseau Thématique 3 « Normes, déviances et réactions sociales » de l’Association française de sociologie (AFS), le Centre d’Etude et de Recherche Appliquées (CERA) et l’Association des Chercheurs des Organismes de la Formation et de l’Intervention Sociales (ACOFIS) avaient organisé un très beau colloque intitulé “Les recherches participatives avec des groupes déviants, stigmatisés, marginalisés” / “Participative research with deviant, stigmatised and marginalised groups”.

En voici l’argumentaire (le programme, quant à lui, demeure accessible à cette adresse: https://calenda.org/461379):

Plusieurs courants de recherche soutiennent la participation au processus de recherche de personnes directement concernées par les problématiques étudiées, telles que des personnes en situation de handicap ou de pauvreté, des personnes engagées dans des conduites délinquantes. Ce colloque interroge directement la question de la place occupée dans les dispositifs de recherche par ces groupes, qui soulève des enjeux théoriques, pratiques et déontologiques. Il peut s’agir de membres de groupes qui se définissent ou sont étiquetés comme déviants, c’est-à-dire comme enfreignant des normes sociales, selon la définition interactionniste de la déviance, de groupes qui subissent des discriminations, ou encore de groupes dominés socialement, c’est-à-dire pris dans des rapports d’inégalités, qui subissent des impositions de sens et d’autorité, tout en conservant des capacités d’autonomie et de production symbolique. Ce colloque réinterroge la notion de participation dans les cas où des chercheurs souhaitent collaborer avec ces actrices et acteurs dans le but de produire des connaissances et/ou induire un changement. Il souhaite explorer la diversité des approches théoriques des recherches participatives, interroger leurs finalités et leurs effets tant pour les chercheur.e.s que pour les personnes concernées et les professionnel.le.s, analyser des méthodes, des dispositifs et des techniques d’enquête et de participation.

Il est évident que dans le domaine des humanités médicales plusieurs des questions évoquées dans ce texte interrogent les chercheurs dans leurs pratiques respectives. D’une certaine manière, c’est ce sur quoi se focalise le post publié il y a quelques jours par Kate McAllister (University of Sheffield) dans “The Polyphony”, intitulé “Epidemic Encephalitis in the Archive”: https://thepolyphony.org/2020/05/21/epidemic-encephalitis-in-the-archive/

Déclinées autrement, dans cette contribution les réflexions évoquées font échos à celles que la recherche d’archive peut susciter dans de nombreuses situations.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search